Lutte contre les troubles dus à la carence en iode : PRONANUT et UNICEF dotent l’OCC des kits de test rapide en sel iodé

A l’occasion de la célébration de la journée mondiale de lutte contre les troubles dus à la carence en iode, le PRONANUT et l’UNICEF ont doté l’Office Congolais de Contrôle (OCC) des Kits de Test rapide sel iodé qui servent d’outil pratique de contrôle rapide du sel importé aux différents postes frontaliers de la Rdc (32) où l’OCC est présent à cause de sa couverture géographique et de ses laboratoires disséminés à travers le territoire national. De son côté, le DG de l’OCC, Etienne Tshimanga Mutombo a demandé aux parties prenantes, chacune dans son domaine d’activités, de redoubler d’efforts pour renforcer la sensibilisation, la surveillance et le contrôle de sel importé en Rdc afin d’augmenter le taux de consommation du sel iodé, moyen d’éradiquer les troubles dus à la carence en iode (TDCI) comme problème de santé publique dans notre pays.

Le 27 octobre de chaque année, le monde commémore la journée mondiale de lutte contre les troubles dus à la carence en iode (TDCI). En Rdc, cette journée a été organisée la semaine dernière par le Directeur général de l’Office congolais de contrôle (OCC), Etienne Tshimanga Mutombo, accompagné de son adjointe, Mme Christelle Muabilu.

En effet, la carence en iode constitue un problème de santé publique en Rdc. L’enquête mixte 2018 démontre une régression de ce micronutriment dans le sel consommé en Rdc.   Cette carence se manifeste par le goitre, le crétisme (idiotie et nanisme) irréversible, les avortements spontanés, faible poids de naissance, décès en bas âge, infirmités (sourd muet, etc.). ; Malformations congénitales, retard de croissance physique, baisse du quotient intellectuel (QI), diminution du rendement scolaire ; diminution de la force physique et diminution de la productivité.

Dans son discours, le Dg de l’OCC a indiqué que la présence massive à cette manifestation montre le grand intérêt que les uns et les autres portent à la protection des consommateurs à travers le contrôle effectué par l’OCC ainsi qu’à l’amélioration de la santé des populations en général et en particulier des enfants et des femmes en âge de procréer en République Démocratique du Congo.

L’engagement ferme de la Rdc

Suite à un taux élevé de prévalence de goitre de 42% et la présence du crétinisme endémique dans la quasi-totalité des provinces, selon l’enquête nationale TDCI de 1990, la RDC s’est engagée résolument dans la prévention des TDCI. Ce qui a permis de mettre en œuvre la stratégie de consommation du sel iodé avec la signature de l’Arrêté interministériel nº 001 du 28 octobre 1993 portant règlementation de la production, du contrôle de qualité et de la commercialisation du sel iodé pour la prévention des TDCI en RDC. Des mesures d’application ont été mises en vigueur dès 1995, notamment l’arrêté du Ministre du Commerce Extérieur interdisant toute importation de sel non iodé.

A titre les statistiques moyennes de sel (iodé) contrôlé par l’OCC de 2016 à 2021 renseignent trois cent soixante-deux millions neuf cent quarante mille zéro six point 332 tonnes (362. 940. 006, 332 T) avec 95,03% d’échantillons conformes au sel iodé et 4,97% non conformes au sel non iodé.

« Je saisis cette occasion pour réitérer mes remerciements à PRONANUT qui en synergie avec l’UNICEF appuie l’Office Congolais de Contrôle par la dotation en Kits de Test rapide sel Iodé qui servent d’outil pratique de contrôle rapide du sel importé aux différents postes frontaliers de la RDC (32) où l’OCC est présent à cause de sa couverture géographique et de ses laboratoires disséminés à travers le territoire national pour s’assurer du respect du taux d’iodation du sel à 40 partie par million, en sigle 40 ppm à l’importation comme recommandée dans l’Arrêté interministériel n°41 de 2003 relatif au sel iodé », a souligné M. Etienne Tshimanga Mutombo, DG de l’OCC.

Et promettre par ce mot d’utiliser ces kits de manière responsable conformément aux procédures normatives du contrôle à l’OCC pour l’intérêt primaire de la population congolaise.

Il a terminé son discours par demander aux parties prenantes, chacune dans son domaine d’activités, de redoubler d’efforts pour renforcer la sensibilisation, la surveillance et le contrôle de sel importé en RDC afin d’augmenter le taux de consommation du sel iodé, moyen d’éradiquer les troubles dus à la carence en iode (TDCI) comme problème de santé publique dans notre pays.

Soulignons que plusieurs autres discours ont eu lieu, qui ont mis l’accent sur les conséquences du déficit en iode. Et ce, avant la remise symbolique d’un kit de test rapide sel iodé.

JMNK

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube