Nairobi: le M23/Makenga chassé des discussions pour reprise des combats

Tout avait pourtant bien démarré à la mi- journée de ce samedi 23 avril à Nairobi au Kenya entre l’équipe d’experts désignés par le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et les premiers groupes armés arrivés à Nairobi, sous la facilitation kenyane et en présence des observateurs de l’Ouganda, du Rwanda, du Secrétariat général de la East African Community et du bureau de l’Envoyé Spécial du secrétaire général de l’ONU.

En pleines consultations en début de soirée, les participants ont été surpris d’apprendre la reprise des hostilités par les M23 dans le Nord-Kivu.

La partie gouvernementale constituée du Mandataire Spécial Prof Serge Tshibangu, le Coordonnateur du Mecanisme National du Suivi des Accords Claude Ibalanky   et du Général François Kabamba, le conseiller militaire du Chef de l’Etat, a exigé et obtenu de la facilitation Kenyane l’expulsion immédiate de la salle du M23/Makenga.

Les consultations se sont poursuivies après cette suspension avec les autres groupes armés. Les émissaires du président Tshisekedi sont restés fermes dans cette position malgré le recours des belligérants du M23/Makenga.

Il sied de rappeler qu’au cours de cette première rencontre dans un hôtel de Nairobi, le représentant de la facilitation Kenyane a commencé par circonscrire le cadre de ces entrevues.

 Il s’agit, a-t-il rappelé à toutes les parties, de la matérialisation de la volonté du président Félix  Tshisekedi soutenue  par les 5 chefs d’Etat de l’EAC  au cours  du dernier sommet du 21 avril dernier, à trouver une solution définitive et durable à l’insécurité dans les provinces de l’Est de la République  démocratique du Congo.  Le même sommet avait aussi, rappele -t-on, décidé de passer à l’option militaire en cas de refus.

Toutes les parties (facilitation, groupes armés, observateurs et experts du gouvernement) ont, de manière unanime, salué la volonté politique du président Félix Tshisekedi, l’engagement des 5 pays de l’EAC ainsi que la facilitation du président Uhuru Kenyatta.

Les représentants des groupes armés ont notamment déclaré qu’ils n’ont pas l’intention de combattre le régime du président Tshisekedi, étant donné que tous ont combattu,  par une lutte politique ou armée, le régime passé ; ils sont disposés à faire avancer ce processus, ont-ils dit.

Prenant la parole à cette séance inaugurale, le Mandataire spécial Serge Tshibangu a transmis aux participants le message du Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui a voulu, à travers ces consultations, accorder une dernière chance à ses compatriotes ayant pris les armes à déposer les armes et profiter de l’actuel mécanisme PDDR-CS pour intégrer la vie sociale.

La facilitation a rassuré que d’autres groupes armés locaux basés en Ituri, au Nord et Sud-Kivu sont attendus dans la capitale kenyane ce week-end.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube