Non à la récupération politicienne : Les propos de Bahati ont été sortis de leur contexte !

Nombreux sont, par jalousie ou par mauvaise foi, ceux qui veulent attribuer à Modeste Bahati Lukwebo, président du Sénat, la responsabilité des violences intervenues depuis lundi à Goma et Butembo dans la province du Nord-Kivu. Ceux qui ont la mémoire courte ont vite oublié que tous les Congolais en ont marre qu’on leur parle de l’impuissance de la Monusco, elle à qui le conseil de sécurité a doté armes et personnel pour éradiquer les groupes armés.

Car, exiger le départ de la Monusco n’est pas synonyme d’un appel à la violence, comme cela a été le cas. Voilà qui a obligé le sénateur Modeste Bahati de mettre fin à ses vacances parlementaires pour s’attaquer à cette rumeur alimentée pour des besoins de positionnement politique.

Devant la presse, il a expliqué le contexte de sa prise de parole, avant de décourager ceux-là qui n’attendaient que cette occasion pour nuire à sa vie. « Lors de mon passage à Bukavu et à Goma, dans les provinces du Sud et du Nord-Kivu, en marge de mes vacances parlementaires, entant qu’élu, je me suis adressé à la population pour demander à ce que la jeunesse puisse s’enrôler au sein des FARDC, afin de défendre la patrie, les innocents qui sont ci et là tués suite à l’agression et à la guerre qui nous est faite injustement », dit-il.

Et ce, avant de constater que certains politiciens en mal de positionnement, certains opportunistes tentent de sortir ses propos de leur contexte en lui attribuant une quelconque responsabilité dans ce qui se passe actuellement. « Moi je dois dire sincèrement qu’en tant qu’homme de paix, tout le monde le sait,  et en ma qualité de sénateur, j’appelle à l’apaisement, au calme et je condamne toute violence d’où qu’elle vienne », affirme-t-il.

Dans cet extrait vidéo, Modeste Bahati a interdit également à tous les membres de son parti et regroupement AFDC-A et à tous ceux qui lui sont proches de s’attaquer sous quelque forme que ça soit, au personnel et au patrimoine des Nations Unies.  « Je condamne également les tueries qui se produisent en ce moment à la suite de la manifestation des citoyens congolais, manifestation du reste autorisées par la Constitution. Mais nous insistons du fait qu’il faille éviter toute destruction, toute brutalité », dit-il.

Car on peut s’exprimer, pas nécessairement en causant les dégâts humains ou matériels. De fil en aiguille, il a tenu à s’adresser au peuple où qu’il soit, ce ne pas seulement le Nord Kivu, le Sud Kivuou l’Ituri, mais tous les Congolais qui ont soif de goûter à la paix et à la stabilité et qui défendent mordicus l’intégrité de notre territoire, nous disons que tout cela doit se faire dans le calme. Voilà pourquoi il a tenu à apporter cette précision, parce qu’il a compris qu’il y avait des récupérations politiciennes.

JMNK

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube