Nord-Kivu : Des miliciens Maï-Maï profitent des marches anti-Monusco pour s’attaquer aux FARDC et aux édifices publics

Pour sa part, la Vice-Ministre de la Défense Nationale et Anciens Combattants, représentant le Ministre en mission, a rappelé au Conseil que la partie Est du pays est en proie à l’activisme des forces négatives et des groupes armés.

Les manifestations anti-Monusco organisées, depuis quelques semaines dans la province du Nord-Kivu par la population locale, constituent, pour des miliciens Maï-Maï qui s’y mêlent, une opportunité de s’attaquer aussi bien aux Forces de l’Ordre et de Sécurité qu’aux édifices publics.

La Vice-Ministre a par ailleurs signalé que dans le conflit qui oppose Yaka et Teke dans la province de Maï-Ndombe, 18 personnes ont été tuées dont 09 du côté Yaka de Masia y compris le Chef de terre et sa femme ; 175 maisons incendiées et 01 arme AK47 d’un élément de la Police Nationale Congolaise emportée par les assaillants Teke.

Dans la province du Kongo-Central : le 20 août 2022 a eu lieu le meurtre, par la population, d’un élément du Bataillon quartier Général Baki, détaché à la Société Perenco suite aux tirs de sommation exécutés par ce dernier pour sauver la vie à un motard.

Dans la Province du Nord-Kivu : Il a été signalé, à la même date en territoire de Beni, une attaque des combattants Maï-Maï sous commandement de sieur Biadjuma contre une position du 312ème Bataillon Réaction Rapide.

Un assaillant a été capturé. Par ailleurs, les positions des Forces Armées de la République Démocratique du Congo ont été pilonnées par la coalition RDF-Terroristes M23 à Rangira dans le territoire de Rutshuru, le 20 août 2022, à partir de la colline Shwema.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube