Nord-Kivu : La société civile dénonce un désordre dans l’organisation du convoi sécuritaire Butembo-Goma

Dans une declaration parvenue à notre redaction, la Coordination territoriale de la Société civile de Lubero est préoccupée par la souffrance soumise et affligée aux usagers de la route Butembo-Goma instrumentée par des éléments FARDC et des Eco-gardes chargés de l’organisation du convoi sur le tronçon Kanyabayonga – Kiwanja ainsi que les services administratifs et de sécurité.

En effet, indique cette déclaration signée par Georges Muhindo Katsongo, le président de cette structure, des sources concordantes et à l’issu du monitoring mené, il s’observe, depuis plusieurs mois, un désordre dans l’organisation du convoi sécuritaire par le non-respect du temps de départ et d’arrivée. Contrairement au programme prédéfini pour le départ, c’est-à-dire 7h00 le matin et 13h00 la journée, actuellement le convoi matinal démarre vers 8h30-9h00 et celui de la journée vers 14h30-15h00 avec beaucoup d’escales inutiles en plein Parc National des Virunga surtout à Rwindi et à Mabenga.

Cette situation ne permet pas aux usagers de la route d’atteindre leur destination au moment souhaité et occasionne le monnayage du passage car, suite à ce retard infligé, les éléments FARDC qui conduisent le convoi se feraient corrompre intentionnellement par certains chauffeurs et passagers des véhicules en vue d’obtenir un couloir libre, sous la complicité des Eco-gardes placés aux Postes de Patrouilles (PP).

En outre, indique la même source, les tracasseries routières organisées sur les barrières de péage-route et les multiples carrefours de la Police de circulation routière (PCR) ainsi que les barrières vespérales des militaires constituent un défi vécu au quotidien par les usagers de la route dont les revenus issus de leurs activités de transport sont emportés par des multiples services greffes aux barrières de péage-route et/ou opérant sur les points de collecte illegale de fonds PCR, ANR, Bureau 2 (PNC), T2 (FARDC), Transcom, CNPR, DGM, etc.

Eu égard à ce qui précède, la Société civile condamne ce comportement et recommande aux services de sécurité et aux autorités compétentes, notamment le Gouverneur Militaire de la Province du Nord-Kivu et le Directeur Provincial de l’ICCN de suivre de très près la gestion du convoi et de dénicher les auteurs de cette pratique malveillante en vue des sanctions exemplaires; Mettre en place un système adéquat de sécurisation des personnes et leurs biens sur ce tronçon routier en organisant des patrouilles mixtes (FARDC-ICCN) diurnes et nocturnes en vue de permettre un parcours commode et facile des engins roulants; Désactiver les tracasseries érigées sur des barrières de péage-route et les perceptions illicites des fonds auprès des transporteurs.

Enfin, la Société civile du Territoire de Lubero recommande aux usagers de l’axe routier précité de demeurer vigilants et patriotiques, et de remonter les alertes sécuritaires et de protection en temps utile pour que les autorités compétentes et les responsables des services de sécurité prennent des mesures protectrices.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube