Patrick Muyaya : « Aujourd’hui, le gouvernement n’a aucune responsabilité dans le choix des animateurs de la CENI »

Lors du point de presse conjoint entre Patrick Muyaya, ministre de la Communication et médias, et Albert-Fabrice Puela, ministre des Droits humains, sur les préparatifs en vue de l’organisation des élections en 2023. Pour Patrick Muyaya, le financement, la mise à la disposition des moyens, pour la Commission électorale nationale indépendante (CENI) sont de la responsabilité du Gouvernement de la République.

« Aujourd’hui, le gouvernement n’a aucune responsabilité dans le choix des animateurs de la CENI », dit-il, avant de soutenir que nous suivons l’évolution de la question. Et lorsque les gens parlent de dialogue, Muyaya se demande, c’est pour parler de quoi ? Il a poursuivi en rappelant qu’il n’y a même une année, le chef de l’Etat avait convoqué les consultations, avec toutes les forces vives du pays. Et aux termes de ces consultations, il est sorti un plan qui veut que les élections se tiennent dans le délai. C’est dans ce même ordre d’idées qu’un gouvernement a été mis en place avec tous ceux qui ont été consultés.

Mais ici ça doit être clair, insiste-t-il. La volonté du gouvernement, nous voulons faire les élections dans le délai. C’est le moment de réitérer l’appel du Premier ministre aux uns et aux autres qui doivent se surpasser. « Si on vous dit que le gouvernement préconise le glissement, c’est un fake new. Nous travaillons dans la perspective de l’organisation des élections dans le délai imparti. Mais pour arriver au dénouement du processus électoral, il y a des étapes fixées par l’Assemblée nationale. Les différentes composantes sont en pleine discussions. Nous espérons qu’ils feront vite pour permettre au gouvernement d’avoir un interlocuteur avec lequel avancer sur le processus électoral », martèle-t-il.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube