Quand le parc national de la Salonga sort de la liste en péril : un succès diplomatique !

Devant la presse réunie au jardin botanique de Kinshasa, le pasteur Dr Cosma Wilungula, l’Administrateur-directeur général en charge des aires protégées a présenté des remerciements aux membres de la 44ème session du Comité de Patrimoine mondial qui s’est tenue en Chine. ‘’Aucun pays ne s’est opposé à cette sanction positive, et cela nous enchante. Il nous avait été demandé d’aboutir à un certain nombre de conditionnalités, parmi lesquelles : la baisse du braconnage ; l’amélioration des rapports avec les communautés avoisinantes ; de mettre en place des mécanismes adéquats pour la bonne gouvernance du site. Nous avons offert des garanties que le site ne serait pas aliéné par l’exploitation pétrolière’’, a relevé l’orateur. A propos, il ressort ce qui suit d’une correspondance écrite remise à la presse. ‘’Monsieur le Président de la 44ème session du Comité de Patrimoine mondial ; mesdames et messieurs les membres du Comité de Patrimoine mondial ; mesdames et messieurs les représentants du Secrétariat et de l’UICN… Au nom du gouvernement de la RDC et au mien propre, nous avons le grand honneur de vous saluer et de vous témoigner de notre reconnaissance et nos remerciements de tout cœur, pour avoir encouragé notre pays en général et tout le personnel de la Conservation de la nature, en particulier, par la décision que vous venez de prendre pour sortir le parc national de la Salonga de la liste en péril. Votre décision motive à suffisance notre pays pour fournir davantage d’effort, en vue de respecter et de mettre en oeuvre  les recommandations et les orientations du Comité, du Secrétariat et des organes consultatifs, afin de préserver les valeurs exceptionnelles universelles des quatre autres biens qui restent sur la liste en péril. La RDC vous promet de rester en contact permanent et harmonieux avec le Secrétariat, les Organes consultatifs pour un travail fructueux sur les autres biens de la liste en péril et, en même temps, proposer si possible l’inscription de nouveaux biens tant naturels que culturels’’.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube