RDC-Burundi : Une chronique des « Je t’aime moi non plus » (Un pamphlet de Magloire Paluku)

Entre la RDC et le Burundi l’histoire est pardonnable, mais elle est aussi têtue.

Depuis les temps des esclavages, quand en 1887 Tippo Tipo devient gouverneur de l’Est de l’État Indépendant du Congo, il part de Zanzibar en traversant les rives du Burundi. Avec lui toute l’histoire du Maniema, du Sud-Kivu, du Nord-Kivu et de la province Orientale qui s’appelaient tous « Province de Stanleyfalls ». Le Burundi entre même dans l’histoire du Congo quand Livingiston et Stanley se rencontrent sur le sol ignoré du Burundi, près du Congo.

Les belges créent un protectorat Rwanda-Urundi. La capitale de l’Urundi est construite par des ouvriers Congolais traçant une ligne de chemin de fer entre Usumbura et les régions Est du Congo, pour l’exploitation de l’Or. Même l’aéroport de Ujumbura est construit avec des matériaux Congolais. L’un des fils des ouvriers Congolais est Christophe Matata, célèbre musicien enterré avec le drapeau Burundais comme Burundais pourtant un sang Congolais, d’un père venu de Beni.

Dans les années 50-60, le Prince Louis Rwagasore du Burundi, rencontre très souvent le politicien Congolais Patrice Emery Lumumba. Tous deux sont des héros des indépendances de leurs pays, même si Lumumba écrase Rwagasore par sa célébrité.

Dans les années 70, le colonel Joseph-Désiré Mobutu inaugure l’aéroport de Kavumu à Bukavu avec son homologue burundais, le Colonel Michel Michombero. Le président Mobutu nomme même l’aéroport de Kavumu « aéroport Michombero » en mémoire de leur amitié.

Les opposants Congolais des années 60 et Zaïrois des années 70-80 se réfugient au Burundi d’où ils programment des assauts et retours au pays. Plus tard, le président Mobutu cède même au Burundi une partie du Zaïre à la frontière de Uvira, pour sa sécurité.

Dans les années 80, des intellectuels et sportifs Zaïrois ne pouvant pas aller à Kinshasa, se font passer pour des Burundais, afin d’avoir des bourses d’étude universitaires ou du travail au niveau international.

La Radio-télévision Nationale Zaïroise forme des journalistes burundais et l’un d’eux était devenu président de la République dans son pays, Sylvestre Ndibandunganya, après son stage à Paris avec la célèbre animatrice de l’Ozrt Gina de Karibu Environnent.

Sur le sol Congolais, il y a un peuple que l’on appelle les « Barundi du Congo » vivant dans la plaine de la Ruzizi dans le Sud-Kivu. Dans les années 1990-2000, les rebelles Burundais ont trouvé une terre de replis au Zaïre avec un consulat à Bukavu. Plus tard, après l’invasion du Zaïre en 1997, les mouvements rebelles Burundais dont sont issus les chefs d’État depuis Pierre Nkurunziza, sont appuyés par l’État Congolais.

Aujourd’hui, le président Félix Tshisekedi vient de plaider pour la levée des sanctions contre le Burundi, dont l’autosuffisance alimentaire est un exemple à suivre. Son homologue burundais a bien introduit le sommet bilatéral de Kinshasa en disant :  » le Burundi et la RDC sont liés par la nature, l’histoire, la langue…! »

C’est une chronique des « Je t’aime moi non plus » qui dure deux cents ans et qui ne peut s’achever malgré une RDC mosaïque et le Burundi peuple.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube