Reçus par le président Mboso, des chefs coutumiers pour la tenue d’élections dans le délai

Une délégation de chefs traditionnels de six provinces a été reçue, ce mercredi 13 avril 2022 en fin de journée par le président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso N’Kodia Pwanga. À l’agenda de leurs discussions, les chefs coutumiers sont venus s’entretenir de la tenue d’élections dans le délai constitutionnel.

A en croire sa Majesté Willy Bingani, de la chefferie de Pelende Nord, le pouvoir coutumier rappelle que d’habitude, la fin du mandat d’un dirigeant s’accompagne d’effusion de sang.

 » En tant chefs coutumiers, acteurs de développement et gardiens des terres, gérant la  population congolaise, nous ne pouvons accepter que le sang coule à la fin du 1er mandat du chef de l’Etat, Félix Tshisekedi. Raison pour laquelle nous sommes venus échanger avec le président Mboso de l’Assemblée nationale, pour lui demander de prendre toutes les dispositions utiles afin d’organiser des élections a temps opportun ».

Les chefs traditionnels sont à l’origine des conflits fonciers à travers le pays, une affirmation rejetée vigoureusement par le chef Bingani. Pour lui, le pouvoir coutumier ne vend pas ses terres, mais les donne en location, pour une exploitation momentanée, et la terre revient au chef coutumier. Le vrai chef traditionnel ne peut pas aliéner sa terre.

En réponse à ce plaidoyer, le speaker a dit à ses interlocuteurs que le Parlement est favorable pour la tenue d’élections dans le délai. Il les a exhortés à appeler le peuple au calme, car les élections vont se tenir, telle est d’ailleurs la volonté politique du chef de l’Etat et de toutes les institutions du pays.

De  son côté, M. Engo Lowa, de la chefferie Bolia en territoire d’Inongo, province de Maï-Ndombe, la délégation vient sceller ce mariage entre le pouvoir traditionnel et le pouvoir étatique. La délégation est aussi là pour témoigner son soutien au speaker de la Chambre basse du Parlement, au président de la République et à toutes les institutions du pays.

« Fils du pays, nous sommes venus leur dire de ne pas avoir peur des ennemis. En tant que Garant du pouvoir traditionnel, nous chefs coutumiers, nous sommes venus lui dire que le Congo est à l’image d’une maison avec quatre chambres (village, tribu, clan, ethnie)…

Pour le chef coutumier Engo Lowa, il  n’y a pas de conflits dans la coutume, mais ce sont les politiciens qui fabriquent des chefs traditionnels pour leurs intérêts. La coutume congolaise pratique deux systèmes matriarcale et patriarcal de la ligne chefale appelée Arbre généalogique.

Il se fait que des arrêtés sont octroyés à des fils et filles qui ne sont de la ligne chefale. La délégation est venue plaider pour les chefs traditionnels de vingt-six provinces.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube