Répression du sit-in de l’ECIDé: Sylvano Kasongo annonce l’ouverture d’une enquête pour sanctionner les auteurs de ces actes (Communiqué)

 24 heures après la répression policière du sit-in organisé par l’ECIDé devant le Palais du people, en marge du débat sur la révision de la loi électorale, le Commissaire provincial de la police ville de Kinshasa condamne les actes de brutalité de la part de ses hommes.

Dans un communiqué rendu public ce samedi 23 avril 2022, le Général Sylvano Kasongo annonce l’ouverture d’une enquête afin de sanctionner les policiers qui seraient auteurs de ces faits.

« Après cette opération de maintien de l’ordre public, plusieurs images ont circulé dans les réseaux sociaux montrant des hommes en uniforme  brutalisant des manifestants en fuite. Le commissaire provincial de la police condamne fermement ces actes de brutalité, si les images partagées dans les réseaux sociaux sont d’actualité », a écrit le chef de la police de Kinshasa.

Par ailleurs, une enquête a été ouverte pour authentifier les images qui montrent les bavures policières; Établir les responsabilités des ces actes répréhensibles; Sanctionner le commandant de l’opération, les officiers et les policiers qui seraient auteurs des actes de brutalité contre les manifestants », a écrit le chef de la police de Kinshasa.

Selon le Général Sylvano Kasongo, le Secrétaire général de l’ECIDé a menti au sujet du militant qui aurait été touché par balle à la cheville. Il indique que la photo a été publiée dans le but de ternir l’image de la police nationale Congolaise.

« Néanmoins, la police dément catégoriquement l’information mensongère distillée dans les réseaux sociaux par le secrétaire général de l’ECIDÉ, selon laquelle un militant de ce parti politique répondant au nom de Cédric Mangungu a été touché par balle à la cheville sur ordre d’un officier de la police. Contrairement à ce qu’a affirmé le secrétaire général de l’ECIDÉ, l’infortuné a plutôt connu un accident de moto plusieurs jours avant la manifestation du 22 avril ».

Signalons que dans les images devenues virales, l’on peut voir des éléments de la police brutaliser certains militants du parti de l’opposant Martin Fayulu qui prenaient part à un sit-in devant le parlement le vendredi 22 avril afin d’exiger le consensus autour des réformes electorales. L’ECIDÉ avance le bilan de 10 blessés et 6 militants portés disparus.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube