RPDC-UNESCO : L’inscription d’un plat traditionnel coréen sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité

La coutume du Raengmyon (Naengmyeon; déformation orthographique en Corée du Sud, NDLR) de Pyongyang (ayant le Fleuve Taedong-gang, berceau de la Civilisation Taedong-gang depuis le début du 30ème siècle av. J-C, NDLR), Capitale de la République Populaire Démocratique de Corée (RPDC créée par KIM IL SUNG en 1948, NDLR) vient d’être inscrite, ce 30 novembre, sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité au cours de la 17ème session (28/11-02/12/2022 à Rabat, Maroc) du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO créée en 1945, NDLR) comme le Dossier de la RPDC soumis sous la nomination N° 01695 RL pour 2021-2022 et avec la Décision N° 17.COM 7.b.6; ce qui fait répandre, largement, l’histoire et les traditions de toute la Nation coréenne qui continuent de se développer, de jour en jour, sous le leadership pertinent du Maréchal KIM JONG UN.

Le Raengmyon de Pyongyang (nouilles froides, principalement, composées de farine de sarrasin, NDLR) est un plat traditionnel associé aux événements socio-culturels en RPDC. Servies dans un bol en laiton, les nouilles sont couvertes de morceaux de viande, de kimchi (aliment lacto-fermenté traditionnel, d’un bon goût, d’une grande valeur nutritive et appétissant, préparé principalement avec le chou et le navet, mais aussi d’autres légumes trempés dans de la saumure pendant plusieurs semaines jusqu’au développement d’une acidité, devenu un des aliments indispensables des Coréens; en novembre, on voit chaque foyer préparer du kimchi anti-inflammatoire et efficace pour l’immunité, NDLR), de légumes, de fruits et d’autres garnitures. La touche finale de la préparation consiste à verser, sur les nouilles, du bouillon froid de viande ou du jus de kimchi de radis.

Tradition culinaire populaire profondément ancrée dans la vie des Pyongyangeois, ce plat est associé avec la longévité, le bonheur, l’hospitalité, la convivialité et l’amitié et favorise, par ailleurs, le respect, la proximité et l’unité :

– La veille du Jongwol-daeborum (Grande Pleine Lune; fête folklorique célébrée le 15 janvier du calendrier lunaire, eg; 15/02/2022 et 05/02/2023, NDLR), les habitants se rassemblent en famille ou entre voisins et partagent ce plat dans l’espoir que leurs vies soient aussi longues que le sont les nouilles.

– Lors des célébrations telles que les anniversaires ou les mariages, les Pyongyangeois servent le Raengmyon à leurs proches, à leurs voisins et à leurs amis en les bénissant. La coutume veut que les convives boivent un peu d’alcool (comme le Pyongyang-ju, liqueur nationale, NDLR) avant de déguster ce plat. Aujourd’hui, il est servi, même en dehors de ces occasions particulières, dans les restaurants spécialisés comme le Restaurant Okryu-gwan (KIM JONG UN et MOON Jae-In y étaient en 2018 dans le cadre du Sommet intercoréen, NDLR) au bord du Fleuve Taedong-gang.

– Dans le cadre familial, les grands-mères et les mères transmettent, fièrement, leur savoir-faire et leurs connaissances à leurs enfants, considérant cette transmission comme leur devoir moral. La pratique est, également, transmise par le biais de programmes d’études et de formations dans les restaurants, de concours de cuisine, de festivals et d’expositions, ainsi que dans les médias et les établissements d’enseignement comme l’Institut Supérieur du Commerce JANG Chol Gu (1901-1982, cuisinière dans le quartier général de la Guérilla coréenne pendant la Guerre antijaponaise 1930-1945, NDLR) de Pyongyang.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube