Selon la BM : la forte décélération de la croissance mondiale et les pénuries de nourriture et de carburant créent de fortes turbulences en Rdc, Éthiopie, Madagascar et Tanzanie

Après un rebond de 4,2 % en 2021, la croissance en Afrique subsaharienne s’est ralentie cette année en raison de tensions intérieures sur les prix en partie dues aux perturbations de l’approvisionnement consécutives à la guerre en Ukraine, ce qui réduit l’accessibilité financière des denrées alimentaires et les revenus réels, en particulier dans les pays à faible revenu.

Les échanges commerciaux et financiers directs avec l’Europe et l’Asie centrale étant limités, certains des effets de la guerre en Ukraine sur l’économie de l’Afrique subsaharienne ont pu être contenus. Cependant, la forte décélération de la croissance mondiale et les pénuries de nourriture et de carburant liées à la guerre créent de fortes turbulences dans la région, et encore plus dans les pays qui dépendent des importations de blé de Russie et d’Ukraine (République démocratique du Congo, Éthiopie, Madagascar, Tanzanie).

Selon les estimations, la croissance des trois plus grandes économies de l’Afrique subsaharienne — Angola, Nigéria et Afrique du Sud — s’est établie à 3,8 % en 2021, tirée par un rebond de 4,9 % en Afrique du Sud. La dynamique de croissance s’est poursuivie en Angola et au Nigéria, où les cours élevés du pétrole, la stabilisation de la production pétrolière et la reprise des secteurs non liés aux ressources naturelles ont soutenu l’activité pendant le premier semestre de cette année.

La croissance en Afrique subsaharienne devrait atteindre 3,7 % en 2022 et 3,8 % en 2023, ce qui correspond aux projections établies au mois de janvier dernier. Néanmoins, une fois exclues les trois plus grandes économies, la prévision a été revue à la baisse de 0,4 point de pourcentage pour 2022 et 2023.

Le renchérissement des factures d’importation de denrées alimentaires et de carburant pourrait en outre réduire à néant les récents progrès réalisés dans la lutte contre la pauvreté dans la région, en particulier dans les pays où les populations vulnérables sont nombreuses (République démocratique du Congo, Nigéria) et dans ceux qui sont fortement dépendants des importations de produits alimentaires (Bénin, Comores, Gambie, Mozambique).

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube