Selon le HCR: 123.000 personnes sont déplacées dans les territoires de Rutshuru et Nyiragongo

Au-moins cent vingt-trois mille personnes sont déplacées dans les territoires de Rutshuru et Nyiragongo de suite des conflits armés causés par des groupes armés rebelles, notamment le mouvement du 23 mars M23 et les Adf dans la partie est de la Rdc.

Ces chiffres sont donnés par le Haut-commissariat de Nations-Unies pour les réfugiés, en République démocratique du Congo, à l’occasion de la commémoration de la journée mondiale des réfugiés, le lundi 20 juin de chaque année placée sous le thème « Toute personne a le droit de rechercher la sécurité d’où qu’elle vienne, et quel que soit le moment où elle a été forcée de fuir ».

Pour Mme Angel Atangana,  représente du HCR en RDC, il est important de continuer à traiter les réfugiés avec humanisme, et de renouveler des partenariats cruciaux, pour la protection et la recherche de solutions durables pour toutes les communautés victimes des affres de la guerre.

 » C’est l’occasion de réfléchir aux besoins de 100 millions de personnes qui sont déplacées de force dans le monde, c’est-à-dire des réfugiés, de personnes déplacées à l’intérieur de leurs propre pays,  et de nouer ainsi des partenariats qui sont cruciaux pour la protection et la recherche de solutions durables pour ces femmes, hommes filles et garçons, » indique-t-elle.

Et d’ajouter,  » Dans le contexte de la RDC, en 2022 où le besoin des personnes déplacées et les  communautés d’accueils ne cessent de croître,  la solidarité de tous les acteurs exprimé par l’expression, nous sommes en ensemble reste primordial. Le HCR s’est engagé à continuer de fournir le service aux personnes déplacées vulnérables, et peut continuer à jouer un rôle essentiel pour prévenir et atténuer des crises humanitaires ; la protection des personnes contraintes de fuir, est une responsabilité collective globale et mondiale, » ajoute-elle.

Toujours selon le HCR, la RDC compte parmi les pays les plus pauvres du monde en termes de revenu national brut par habitant. Du fait de l’insécurité dans certaines régions du pays et du réseau routier peu développé, il est difficile de protéger et de venir en aide aux réfugiés et aux personnes déplacées.

Gloire Balolage depuis Goma

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube