Selon une étude de la FEC et FPM: La Covid-19 a provoqué la réduction des ventes et du chiffre d’affaires des entreprises

62% des chefs d’entreprise interrogés ont déclaré que la pandémie a un impact extrêmement négatif sur leurs entreprises, et un 26% additionnel a déclaré qu’elle avait un effet assez négatif. Peut-être plus important encore, tout signe de reprise reste limité depuis le début de la pandémie, puisque 40 % des entreprises considèrent que les impacts actuels de la pandémie sont plus importants que ceux de la première vague, et 40 % supplémentaire déclare que les impacts sont tout aussi mauvais.

Le principal facteur cité par les chefs d’entreprises derrière l’impact négatif de la Covid-19 est une réduction des ventes et du chiffre d’affaires des entreprises. 71% des entreprises interrogées ont signalé une baisse importante de leurs revenus en juillet 2021 par rapport à la même période en 2020. Cette baisse a un impact disproportionné sur les petites entreprises : 78% d’entre elles ont signalé une baisse de leurs revenus en juillet 2021 contre 57% des grandes entreprises.

En parallèle, alors que le Gouvernement de la RDC a pris, en concertation avec la Fédération des Entreprises du Congo (FEC), un certain nombre de mesures temporaires destinées à atténuer les impacts de la pandémie sur les chaînes d’approvisionnement, la détérioration et perturbations des chaînes d’approvisionnement continuent de toucher gravement les entreprises locales. Notamment, dû au fait que ces mesures d’atténuation n’ont pas été renouvelées depuis Décembre 2020. En février 2021, 76% des chefs d’entreprise ont déclaré que leurs entreprises étaient confrontées à des perturbations de la chaîne d’approvisionnement. Et tandis que la plupart des grandes entreprises ont trouvé des moyens de s’adapter aux défis imposés par la pandémie – en juillet 2021, seulement 33% des répondants des grandes entreprises ont déclaré être confrontés à ce défi – 60% des petites et moyennes entreprises (PME) rapportent toujours être touchés par des perturbations de la chaîne d’approvisionnement.

Les restrictions nationales imposées par le Gouvernement de la RDC sur la circulation des personnes à travers les frontières et à l’intérieur des pays – en particulier les restrictions d’accès à Dubaï et Ouganda, lest 2 principales sources d’approvisionnements du pays – ont eu l’impact le plus prononcé sur les moyens de subsistance de milliers de petits commerçants transfrontaliers (Figure 2), dont la plupart sont des femmes.

Le pays étant aux prises avec une troisième vague de Covid-19, le Président de la République a intensifié les mesures d’atténuation de la pandémie sur la santé publique et les règles de distanciation sociale le 14 juin 2021. Celles-ci incluent un couvre-feu nocturne à l’échelle nationale de 22 heures à 4 heures du matin, avec la police régulière et les patrouilles militaires pour assurer la conformité, le contrôle renforcé aux frontières ainsi qu’une instruction faite aux entreprises publiques et privées de fonctionner à 50 % de leur capacité.3 Ces restrictions, devenues plus strictes pour freiner la propagation de la troisième vague de la Covid-19, ont non seulement perturbé les chaînes d’approvisionnement, mais ont également été soulignées par plus de la moitié des chefs d’entreprise comme un facteur crucial débouchant sur la croissance entravée et la baisse des revenus.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube