Session ordinaire de mars 2021: Senat, mission accomplie

Vingt projets de loi et une proposition de loi adopté, l’élection du premier vice-président, la présentation de 11 rapports par les commissions respectives, la révision de 39 articles du règlement intérieur du Sénat ainsi que la remise de matériels informatiques à l’administration et au personnel politique du Sénat, telles sont entre autres les réalisations à l’actif du bureau du Sénat que dirige Modeste Bahati Lukwebo pendant la session de mars qui vient de se clôturer.

Dans son discours de clôture, l’honorable Modeste Bahati a adressé le bilan de la session finissante. « Sur le plan politique, à l’initiative heureuse du chef de l’Etat, la création de l’union sacrée de la national a permis de consacrer une nouvelle majorité parlementaire. Cette nouvelle dynamique politique a enfin donner naissance au nouveau gouvernement qui a du reste tout notre soutien pour ses efforts au service du peuple », dit-il.

Toutefois, indique le président de la chambre haute du Parlement, nous saisissons cette opportunité pour rappeler au gouvernement de veiller au respect de son programme, pour améliorer sensiblement les conditions socio-économiques de notre population. S’agissant de l’épineuse question de la restauration de l’autorité de l’Etat et de la pacification du pays, pendant longtemps, aucune mesure n’a pu éradiquer les tueries, les massacres et les viols, les guerres récurrentes et les rébellions à l’Est du pays en vue de sa pacification. Nous félicitons le chef de l’Etat qui a bien voulu s’installer à l’Est de manière à suivre de plus prêt toutes les opérations pour que la paix revienne rapidement dans cette partie du pays.

Au chapitre des élections, le président du Sénat a ému le vœu de voir la CENI présenter un calendrier qui accorde la priorité à l’organisation des élections locales pour rendre effective la décentralisation. « S’agissant des préparatifs des élections qui pointent à l’horizon de 2023, notre souhait est que le moment venu, le gouvernement dégage les moyens conséquents pour l’organisation préalable du recensement tant attendu. La CENI pour sa part devra nous présenter un calendrier où la priorité sera accordée à l’organisation des élections locales pour rendre effective la décentralisation dans les entités locales. Il ne faut pas que les Congolais se posent toujours la question de savoir, pourquoi les processus électoraux de 2006, 2011 et 2018 n’ont pas abouti à l’organisation des élections locales, pourtant prévue dans le calendrier de la CENI. Il faut que nous revenions à la légalité en cette matière », insiste-t-il.

Il faut noter que peu avant la clôture de la session ordinaire, la plénière a prorogé pour la troisième fois l’état de siège en Ituri et au Nord-Kivu.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube