Stockholm (Suède) : Ève Bazaïba participe à la commémoration du cinquantenaire de la conférence internationale sur l’environnement

L’événement vise à servir de tremplin pour accélérer la mise en œuvre de la Décennie d’action des Nations-Unies en vue d’atteindre les Objectifs de développement durable, l’accord de Paris sur les changements climatiques, le cadre mondial de la biodiversité pour l’après-2020, et à encourager l’adoption de plans de redressement écologiques à la suite de la Covid-19.

Mme Ève Bazaïba Masudi, Vice-Premier ministre, ministre de l’Environnement et du Développement Durable séjourne depuis ce mercredi 01 juin 2022 à Stockholm en Suède. La VPM qui est à la tête de la délégation congolaise composée notamment de M. Olivier Mondonge, Directeur de cabinet adjoint du Chef de l’État, prend part du 02 au 03 juin à la commémoration du cinquantenaire de la Conférence Internationale sur l’Environnement sous le thème : « Stockholm+50 : une planète saine pour la prospérité de toutes et tous – notre responsabilité, notre chance ».

Il nous revient que c’est Antonio Guterres, Secrétaire général de l’ONU, qui a procédé à l’ouverture de la séance inaugurale de cette réunion de haut niveau après le mot du Roi de Suède Charles XVI Gustave, qui a rappelé les réalisations de la Conférence de Stockholm sur l’Environnement humain tenue en 1972 en avertissant que le monde n’a pas « 50 ans de plus pour inverser la tendance ou le développement ».

« Nous avons les outils pour rendre la planète saine, il nous faut à présent les utiliser « , interpelle-t-il.

Selon notre source, Stockholm+50 commémore la Conférence des Nations-unies sur l’environnement humain de 1972 et célébré les 50 ans d’action environnementale mondiale. En reconnaissant l’importance du multilatéralisme pour la lutte contre la triple crise planétaire de la terre : du climat, de la nature et de la pollution, l’événement vise à servir de tremplin pour accélérer la mise en œuvre de la Décennie d’action des Nations-Unies en vue d’atteindre les objectifs de développement durable, l’accord de Paris sur les changements climatiques, le cadre mondial de la biodiversité pour l’après-2020, et à encourager l’adoption de plans de redressement écologiques à la suite de la COVID-19.

Mettre fin à notre guerre insensée et suicidaire contre la nature

 

« J’appelle à mettre fin, maintenant, à notre guerre insensée et suicidaire contre la nature », a déclaré, ce matin, le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, à l’ouverture de la réunion internationale Stockholm+50 marquant le cinquantième anniversaire de la conférence historique tenue dans la capitale suédoise en 1972 qui fut à l’origine du mouvement environnemental mondial.

La Directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), Mme Inger Andersen, qui assume le rôle de Secrétaire générale de Stockholm+50, a rappelé qu’en 1972, des leaders visionnaires -Olof Palme, Indira Gandhi et Maurice Strong- avaient averti que le monde était en danger et avaient donné la voie à suivre pour parvenir à une planète saine, une population en bonne santé et des économies saines.  « Nous les avons écoutés », a-t-elle salué, en notant que 50 ans plus tard, nous avons des accords et des processus pour couvrir tous les défis environnementaux: changements climatiques, perte en biodiversité, pollution et gaspillage.

« Nous sommes réunis pour nous acquitter de nos promesses et de nos engagements pour les générations futures », a annoncé Mme Magdalena Andersson, Première ministre de la Suède et Coprésidente de Stockholm+50 avec le Président du Kenya, M. Uhuru Kenyatta.  Ce dernier a rappelé que la Conférence des Nations Unies sur l’environnement de 1972 avait été la première conférence internationale à mettre en exergue les liens indissociables entre développement, pauvreté et environnement, comme inscrit dans le Déclaration de Stockholm du 16 juin 1972.  Cette année-là avait aussi été marquée par la création du PNUE et son installation à Nairobi, s’est remémoré M. Kenyatta, en exhortant les États membres à continuer de le soutenir vigoureusement.

Le bilan des progrès réalisés en un demi-siècle n’a pas fait oublier la « triple crise planétaire » évoquée par tous les participants.

Sur un ton grave, M. Guterres a appelé les dirigeants de tous les secteurs à « nous sortir de ce pétrin »: une « urgence climatique » qui tue et déplace chaque année plus de personnes, une « dégradation des écosystèmes » qui compromet le bien-être de trois milliards de personnes, et une vague croissante de « pollution et déchets » qui coûte neuf millions de vies par an.

Soulignons que la cérémonie commémorative précédant l’ouverture de la conférence a été lancée par un spectacle original de jeunes artistes, en présence du Roi Carl XVI Gustaf de Suède.  Le souverain a observé que le monde dispose des outils pour rendre la planète plus saine: « il est temps de les utiliser ».

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube