Stratégique face-à-face Matata – Fayulu

Les élections générales qui pointent à l’horizon obligent les différents états-majors des partis politiques à réfléchir pour mutualiser leurs forces. Sinon, allons-nous assister à une candidature unique ou à des candidatures multiples ? L’opposition politique réussira-t-elle à se mettre ensemble et espérer faire un grand coup en 2023, ou bien elle va amenuiser ses chances en y allant en ordre dispersé ?

Pendant que l’on cherche à répondre à toutes ces questions, on constate quand même que le Premier ministre honoraire, Matata Ponyo Mapon a rendu visite ce mercredi 11 mai 2022 dans la matinée à l’opposant Martin Fayulu, candidat malheureux à la dernière présidentielle. Et ce, au lendemain de la double cérémonie marquant la clôture du congrès et de la sortie officielle du parti LGD.

Qu’est-ce que ces deux personnalités idéologiquement divisées se sont dites pendant près de deux heures d’échanges, même s’il nous revient qu’elles ont fait le tour d’horizon des questions liées au bloc de l’opposition en Rdc. Quelles décisions ont-elles prises au regard des échéances à venir ?

Ce qui est vrai, cette rencontre ne peut qu’être vue d’un mauvais œil par la majorité au pouvoir qui a intérêt à avoir une opposition divisée afin de la battre à plate couture aux élections de 2023. Quels sont d’autres scenarios envisageables avant les élections de 2023 ? Qui vivra verra !

Retenons seulement qu’unie, l’opposition est imbattable ! Allons-nous assister à une union entre Kabila, Fayulu et Matata ? Une formule pas impossible, mais difficile. Ceci, parce que certains caciques du Front commun pour le Congo (FCC), n’ont jamais pardonné l’orthodoxie de Matata. De son côté, l’ex-Premier ministre a atteint un point de non-retour, d’autant plus qu’il lui sera difficile de se mettre ensemble avec l’union sacrée de la nation.

Matata qui considère que ses déboires en justice ne sont qu’un acharnement à son endroit, a été obligé, malgré lui, de faire de l’opposition. Une situation qui tourne à son avantage et qui est en train de payer, à en croire le pic atteint par ses followers. Une opinion le considère comme étant le prisonnier, le bourreau du pouvoir en place, lui le Premier ministre aux actions à impact réel.

Soulignons que lors du premier congrès du LGD dont les travaux se sont clôturés le 3 mai dernier à Kinshasa, les co-fondateurs avaient pris unanimement la résolution que le parti puisse évoluer au sein de l’opposition. Il était donc nécessaire au président un national du LGD Matata Ponyo Mapon de prendre langue avec les animateurs de l’opposition congolaise. Désormais, rien ne se fera sans Matata !

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube