Train urbain de Kinshasa : Le Gouvernement alloue 20 millions de dollars à Metrokin pour la réalisation des pré-travaux

Dans moins de deux ans, le Kinois aura enfin un train urbain pour faciliter sa mobilité et combattre les embouteillages. C’est dans cette optique que le Gouvernement de la République a mis à la disposition de Metrokin, une somme de 20 millions de dollars pour lui permettre de faire les pré-travaux. C’est l’essentiel d’une convention qui a été signée ce jeudi à Kinshasa entre le BCECO et Metrokin.

20 millions de dollars américains, c’est l’enveloppe que le gouvernement congolais met à la disposition de Metrokin pour lui permettre de financer les pré-travaux sur l’opérationnalisation du projet de réhabilitation et modernisation du réseau ferroviaire dans la ville de Kinshasa. Et c’est l’enceinte du Bureau central de coordination (BCECO) qui a servi de cadre pour la signature des deux contrats. Le premier entre Metrokin et Trade et développement bank (TDB) qui appuie Metrokin pour la validation et la valorisation des études afin de rendre bancable ce projet, et le deuxième entre Metrokin et BCECO pour l’accompagnement et le contrôle des fonds alloués par le gouvernement.

A en croire Jean Mabi Mulumba, Directeur général du BCECO, le Gouvernement a décidé d’apporter sa subvention pour l’opérationnalisation du projet Metrokin qui va mettre en place le train urbain au niveau de la ville de Kinshasa. Ceci, pour matérialiser la volonté du chef de l’Etat Félix Tshisekedi qui veut régler un problème d’embouteillage, mais aussi de mobilité dans la ville province de Kinshasa.

A cet effet, martèle-t-il, le Gouvernent avait décidé de mettre à la disposition de Metrokin 20 millions de dollars Us pour faciliter les activités de son opérationnalisation. « Il était question aujourd’hui de mettre en place une convention qui devait définir les règles pour savoir comment gérer ce fonds, définir les responsabilités des uns et des autres (Metrokin, BCECO et le Gouvernent) », indique Jean Mabi Mulumba, qui rassure que la transparence aujourd’hui,  c’est le nouveau BCECO.

Construire 300 Km de route en phases

Quant au projet train urbain, Erick Onepunga Dg de Métrokin,  salue le geste posé par le Gouvernement de la République qui a mis à leur disposition 20 millions de dollars Us pour leur permettre de réaliser les pré-travaux, c’est-à-dire, les travaux avant les travaux proprement dits.

« Cela veut dire, la libération des emprises, passer en revue toutes les études qui ont été faites, organiser, préparer le terrain, faire que le projet devienne faisable. Et le Gouvernement a jugé bon que BCECO soit là pour coordonner, orienter et contrôler les dépenses qui vont être faites », dit-il.

Et d’expliquer que Metrokin est un projet à quatre phases qui va permettre l’implantation d’un réseau ferroviaire dans la ville de Kinshasa, qui va avoir 300 Km de rail, subdivisé en 4 phases : de la gare centrale à l’aéroport international de Ndjili (1ère phase), la pleine de Kinshasa (2ème phase), la boucle (gare centrale, Kitambo-Magazin, Mimoza, PNC, Cité verte, Kimwenza, Matete et gare centrale (3ème phase) et la 4ème phase (4ème phase), de l’Aéroport international vers la ville.

Au finish, pense-t-il, quand nous allons construire les 4 phases, nous allons résoudre définitivement le problème de mobilité dans la ville de Kinshasa. Il faut retenir que la ville de Kinshasa, avec près de 15 millions d’habitants, ne peut pas résoudre le problème de mobilité sans un transport de masse. Et le transport de masse par excellence, c’est le train. Quand nous allons construire les deux premières phases, nous serons déjà à même de déplacer près de 4 millions de personnes. Dans moins de deux ans, le Kinois pendra déjà le train de la gare centrale jusqu’à l’aéroport international de Ndjili dans moins de 20 minutes.

JMNK

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube