Véhicule financier pour financer l’industrie des batteries : Julien Paluku demande aux banquiers de prendre le risque

Montage du véhicule financier pour financer l’installation de  l’usine pilote de l’industrie des batteries électriques dans le Haut-Katanga,   les échanges de haut niveau entre les responsables des différentes banques œuvrant en République Démocratique du Congo et la délégation gouvernementale coiffée par le ministre de l’Industrie ,Julien Paluku Kahongya ont lieu ce jeudi à Lubumbashi en présence des financiers étrangers  et des délégués de la Commission  Économique des Nations Unies pour l’Afrique -CEA  qui ont réitéré leurs engagements respectifs pour matérialiser ce grand projet.

Les partenaires financiers doivent risquer avec la Rdc pour capter une partie de la masse monétaire qui circule au tour de l’industrie des batteries et véhicules électriques évaluée à 10 mille milliards de dollars américains d’ici 2025-2030, a indiqué le ministre de l’Industrie

« Je suis heureux que vous accompagniez le règne du président de la République. D’ici 2030-2040, la Rdc a l’ambition d’être la locomotive du développement économique et partant du monde entier. Ce projet ambitieux de la transformation des matières premières, parce que nous sommes dans un changement énergétique qui demande que nous abandonnions certaines habitudes, particulièrement les véhicules à diesel ou à essence pour les remplacer progressivement par les véhicules électriques », a indiqué Julien Paluku, avant d’ajouter que les matières qui entrent dans la fabrication des véhicules électriques se trouvent en Rdc et la patronne de ces matières, c’est Mme Antoinette N’Samba Kalambayi.

Mais dans la chaine de valeur, pense-t-il, tout le monde doit intervenir. C’est la raison de la présence de deux membres du Gouvernement, qui à la fois vont utiliser la recherche, pour préparer les générations futures à utiliser les véhicules du futur, à travers les universités congolaises gérées par le ministre de l’ESU.

« Votre implication est attendue du Gouvernement à l’instar de ce qui se passe ailleurs. Lorsqu’Access Bank a dit qu’il y a 15 ans le Nigéria était à notre stade, et qu’il émet de doute pour voir s’il peut se lancer avec nous, c’est la raison de demander à Access Bank de faire la même chose qu’au Nigéria, pour qu’après 15 ans nous puissions nous frotter les mains », indique-t-il, avant de se rejouir des actifs dans cette banque qui se situent autour de 14 milliards de dollars, avec un accroissement de 40% au bout d’une année.

Julien Paluku croit que c’est un indicateur et cela peut nous conduire à 10 – 15 ans à une Rdc émergente. Demain, revèle-t-il, la masse monétaire qui va circuler autour de l’industrie électrique est située autour de 10 milliards de dollars Us. Si nous ne prenons pas le risque de nous jeter dans l’eau, nous risquons de voir les 10 milliards de dollars circuler en dehors de notre circuit. C’est le moment de prendre les risques, pour que 10 ans, nous puissions nous féliciter d’avoir contribué à la construction de ce rêve.  Beaucoup d’investissements sont l’œuvre des étrangers. Mais le président de la République voudrait vous inviter vous aussi à vous considérer comme des investisseurs.

C’était l’occasion pour les partenaires financiers de réaffirmer leurs engagements. Signalons que les ministres des Mines celui de  l’Enseignement Supérieur et Universitaire ainsi que  de  la Recherche Scientifique, mais aussi le Directeur général intérimaire du FPI, Jean-Claude Kalenga, ont insisté sur leur ferme engagement s’accompagner ce projet.

JMNK

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube