Voici l’homme, un retour qui fortifie la foi des fidèles

S’il faut parler d’une surprise, la présence du Pasteur Mutombo Voici l’homme, au culte du dimanche 21 août 2022 en a été une. Lui que les mauvaises langues racontaient qu’il retournerait dans une caisse ou sur une chaine roulante, a atterri à Kalembelembe en forme et en plein culte. Ceci est une preuve que Dieu existe. Quelle émotion doublée de joie ! Mais les fidèles de Kalembelembe, qui l’entendaient déjà en train de prêcher par visioconférence, n’attendaient que son retour d’autant plus qu’il était annoncé pour clôturer le service de 40 jours, dénommé : « Les autels de la terre ». Quelle que soit sa convalescence ou les prescriptions médicales, Voici l’homme ne pouvait plus rater un service dont le clou sera l’esplanade du Palais du peuple, le 27 et 28 août 2022.

Quel monde fou, tout le monde voulant voir de ses propres yeux cet homme de Dieu qui a frôlé la mort ! Son entrée dans l’Eglise s’est fait accompagner des cris de joie, des chants à la gloire de Dieu pour la guérison du pasteur-responsable et des pleurs de joie, pour ceux qui voyaient ceci comme un miracle de Dieu. D’autres, très émus, ont vu la guérison de leur pasteur comme un acte de renforcement de leur foi. Désormais, les fidèles ont des raisons de croire en la prière. Désormais, ils ont des raisons de penser que la foi inébranlable paie toujours. Désormais, les fidèles peuvent avec raison d’affirmer qu’il y a un Dieu à Kalembelembe. Désormais, tous ceux qui ont des cas difficiles, des maladies, … peuvent croire en la solution, car Dieu l’a fait pour son serviteur Mutombo François Voici l’homme.

Après son entrée triomphale et émotionnelle, est venu le temps très capital pour le responsable de l’ACK/Kalembelembe de s’adresser au peuple de Dieu qui avait soif de l’écouter. « Merci infiniment à Dieu. Dieu existe. Il y a un Dieu quelque part », s’est-il empressé de clamer, avant d’ajouter : ce qui m’est arrivé n’était pas une surprise. Et de poursuivre, j’ai eu une attaque pendant le confinement.  En mai 2021, en Afrique du Sud où j’ai été pour visiter mes enfants, je leur ai dit ce qui allait m’arriver. « Soyez forts. Je peux ou ne pas être là, mais Dieu est là. En plein confinement, j’ai rassemblé tous les ouvriers et c’est ce qui nous a sauvé », dit-il.

Un certain jour à 4 heures du matin, raconte-t-il, j’ai commencé à convulser pendant plus de 30 minutes. Après, je me suis calmé et c’est alors que ma femme appellera l’ambulance.  Et de poursuivre qu’au fur et à mesure, je n’avais plus que 5 grammes de sang…et il fallait tout faire pour obtenir une évacuation sanitaire. Malheureusement, on me refusa le visa pour l’Europe. Plus tard, j’ai obtenu un visa Schengen pour 11 jours seulement, grâce à l’intervention de la Présidence de la République.

Au 1er jour, note-t-il, mes pieds étaient fatigués, j’étais paralysé et ne pouvais pas marcher. « A la clinique universitaire, j’y suis entré de 10h jusqu’à 18h et les médecins nous dirons que c’était trop tard », souligne Voici l’homme, qui précise qu’il ne marchait plus. Vu que la situation ne se trouvait plus dans le premier pays, la Belgique, on l’amena dans le deuxième, la France.

Et de raconter : ma douleur était au-delà de 10 et j’étais branché à la morphine et la douleur ne me quittait pas. « J’ai prié Dieu et il a commencé à me parler ». Voici l’homme qui a quitté le toit familial tout petit, verra en vision des gens du village se présenter auprès de lui, disant qu’ils étaient venus l’accuser. Chaque fois, poursuit-il, je voyais des gens qui m’empêchaient d’entrer à Kalembelembe. Dans tout cela, Dieu était là, rassure-t-il.

Subitement, Voici l’homme va tenir un discours interpellateur pour dire qu’il y a un moment où Dieu peut enlever sa protection sur vous, pour vous éprouver. « Je remercie ma femme devant tout le monde et Papa Dav. En plein hiver, ils se mettaient dehors. Voyant les difficultés qui lui sont arrivées et la victoire que Dieu lui a accordée, le pasteur Mutombo François dira qu’il fallait avoir un appel authentique ! J’ai fait un mois à l’hôpital, avant de me retrouver à la maison où j’avais du mal à prier…

Et de témoigner que Dieu a enlevé la douleur, avant même que je ne commence à prier. J’ai souffert à cause de l’église, même si les calculs du monde satanique étaient que les gens se fatiguent et quittent l’Eglise. Il a terminé par reconnaître le soutien spirituel de beaucoup de gens, avant d’affirmer que pendant les dix mois passés à l’étranger, ils n’ont rien manqué.

Jean-Marie Nkambua

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube